posts de juin 2013


Gâteau à la farine de châtaignes et aux pommes

Gâteau à la farine de châtaignes et aux pommes dans Recettes sucrées IMGP0364-615x461

Je poursuis mes expérimentation de recettes à la farine de châtaigne.  L’une des recettes les plus simples est le gâteau corse, qui est fait traditionnellement avec la farine de châtaignes grillées. Les Corses habitant la métropole se la font livrer par la famille, on parle de “la récolte de cette année” comme on parle des récoltes de sirop d’érable par chez moi. C’est toute une histoire et c’est sacré, donc respect.

Je n’ai pas la chance d’être en possession de la divine farine, je n’ai qu’un sac de farine bio acheté à l’épicerie bobo du coin, mais j’ai quand même testé deux nouvelles recettes.

Gâteau corse pour 6 personnes :

Cette recette a l’avantage d’être sans gluten, puisque sans farine de blé.

  • 150g de farine de châtaigne
  • 125g de sucre en poudre
  • 10cl de lait
  • 10cl d’huile
  • 4 oeufs
  • 1 sachet de levure chimique

Mélanger la farine de châtaigne, le sucre et la levure dans un saladier. Versez l’huile, le lait et les jaunes d’œufs. Mélangez au fouet jusqu’à homogénéité de la pâte. Montez les blancs en neige dans un autre bol et les incorporer délicatement à la pâte. Versez dans moule à manqué et faire cuire à 180°c pendant 30 minutes. La lame du couteau doit ressortir propre.

Gâteau à la farine de châtaignes et aux pommes :

 

imgp0360-300x225 dans Recettes sucrées

La pâte est assez humide et dense, mais c'est très moelleux

Comme j’aime bien faire mes propres recettes, j’ai décidé après ce premier essai, de bidouiller quelque chose avec des pommes. J’ai trouvé une recette où on mettait de la crème fraîche et du rhum, que j’ai troqué pour un yaourt et du Pommeau (ce sont des pommes après tout !).

Pour aller plus vite, j’ai mesuré avec le pot du yaourt.

  • 3 oeufs
  • 1 yaourt nature au lait entier
  • 2 pots de farine de châtaignes
  • 1 pot de farine de blé
  • 2 pots de sucre roux + 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 pot d’huile
  • 1 sachet de levure
  • 2 pommes golden coupées en dés
  • 1 c. à café de pommeau (ou plus selon votre propension à l’alcool)

Battre les oeufs et les sucres ensemble jusqu’à ce que ça mousse. Ajouter tous les autres ingrédients. Comme la levure commence à faire effet dès le contact avec le liquide, préparez les dés de pommes avant de commencer la recette.

On enfourne tout ça dans un moule à manqué, 45 minutes, à 180°c.

Selon les collègues de mon doudou en tout cas ça se laisse manger ^^

Gâteau à la farine de châtaigne

J’adore les châtaignes alors quand j’ai vu ce sac de farine à mon marché bio, je l’ai pris en me disant que je devais absolument faire un gâteau avec.

J’ai cherché une recette mais il semblerait que la recette la plus « traditionnelle » soit aussi la plus simple. En Corse, ils ont une farine de châtaigne artisanale, faite avec des châtaigne grillées et réduites en poudre. Je suis sûre que cela doit apporter un goût merveilleux au gâteau, mais je vais devoir faire avec mon sac bio de marché parisien…

Gâteau à la farine de châtaigne dans Recettes sucrées gateau-a-la-farine-de-chataigne-300x225

Rien de plus simple, recette en deux temps.

Gâteau à la farine de châtaignes

Ingrédients 

100g de farine de châtaignes

50g de farine de blé

125g de sucre roux (dont deux sachets de sucre vanillé au goût)

4 oeufs, blancs et jaunes séparés

100ml d’huile d’arachides

100ml de lait

1 sachet de levure chimique

1/2 bouchon de rhum ambré

*Préchauffer le four à 180°c (175°c si chaleur tournante).

1. Mélanger les farines, les sucres, la levure. Faire un puit et ajouter les jaunes, l’huile, le lait et le rhum. Mélanger jusqu’à homogénéité. Attention, la farine de châtaigne fait plus de grumeaux que la farine de blé.

2. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel

3. Incorporer délicatement à la pâte, en deux ou trois temps.

4. Utiliser un moule à manqué beurré et enfariné ou un moule carré 24×24, ou 12 moules à muffins.

5. Enfourner pour 30 minutes environ, tester la cuisson avec un cure dent.

 

Conditionnée à ne pas aimer

Je sais pas si tu te rappelles tes trips d’enfants. On en tous trippé sur quelque chose étant petit. Un film qu’on a regardé cinq mille fois de suite, au risque de transformer les adultes de notre entourage en dangereux psychopathes, des jouets qu’on voulait dormir avec tellement on les aimait, les dinosaures, les planètes, l’archéologie, whatever… On a tous buggué, comme un vinyle scratché, sur quelque chose au moins une fois.

Moi je trippais sur les chats. J’ADORAIS les chats. Dans le sens religieux du terme, j’entends. Je vénérais littéralement les chats, tous les chats. Il y avait un gros livre à la bibliothèque, le genre de livre qui te déboîte l’épaule quand tu le prends sur la tablette, parce qu’il est trop haut et ton bras est trop faible. Une espèce d’encyclopédie des chats, avec une grosse face de chat sur la couverture. Le livre était emprunté 365 jours par année, et sur la petite carte de prêt à la fin du volume, y’avait mon nom, sur 25 lignes.

Quand on devait faire « une recherche » en Français à l’école, mon sujet, année après année, c’était « le chat ». Et je recopiais même pas le travail de l’année précédente, tellement j’avais des affaires à raconter.

Quand j’étais petite fille, je demandais toujours deux affaires comme cadeaux : un Himalayen et un piano. Bien entendu si je les ai demandés année après année, c’est que je les ai jamais eus. Mais j’étais quand même chanceuse : bien que pauvres, on avait des chats à la maison. Je pouvais donc laisser libre cours à mon amour inconditionnel, au quotidien.

A force de faire des enfants « par accident » et de déménager dans de plus en plus grand pour de moins en moins cher, mes parents finirent par aboutir avec leur trois enfants dans une maison sur le bord d’un rang, devant un champ plein de purin de porc. Les voitures qui passaient roulaient à 90km/h, parfois plus, si bien qu’on avait pas le droit d’aller faire des tours de bicycle dans le rang.

Nos chats allaient crever les uns après les autres. D’abord le Chartreux qu’on avait avec nous depuis neuf ans et qui nous avait tous vu naître, retrouvé écrasé peu de temps après notre installation dans le rang. Puis les autres, coupés en deux par une trace de tire dans la rue, assommés dans le fossé, disparus et bouffés par les coyotes, ou pire, abandonnés par mes parents lors des déménagements suivants.

Au fur et à mesure que nos chats mourraient et qu’un nouveau prenait la place, notre famille de décomposait. De plus en plus d’engueulades, de larmes, de problème d’argent. Au fur et à mesure aussi, je commençais à moins aimer nos chats. J’avais peur quand un chaton arrivait dans la famille, je me demandais combien de temps il allait tenir. Je n’osais pas m’attacher à lui.

Puis vint un jour où ma soeur trouva un chaton avec la queue coupée, aveugle et blessé à la hanche, sous une voiture garée contre le trottoir. On le ramena à la maison, mais il fallut vite accepter que le plus beau cadeau à lui faire, c’était l’euthanasie chez le vétérinaire. Plusieurs semaines après, j’ai retrouvé un bout de sa queue sous le canapé, en passant l’aspirateur.

C’est en tenant ce petit bout de queue au dessus de la poubelle que j’ai constaté que je trippais vraiment plus sur les chats. Sans les détester non plus, ils me laissaient indifférente. J’avais arrêté de croire en ma religion féline.

On pourrait dire que j’étais alors devenue une adolescente, donc avec des passions d’ado, comme la musique, le magasinage et les beaux gars en 5e année du secondaire. On pourrait dire aussi qu’avec le divorce de mes parents, j’avais d’autres chats à fouetter qu’écrire des recherches sur mon animal préféré.

Mais par dessus tout, on pourrait dire que j’ai arrêté d’aimer les chats en même temps que j’ai arrêté d’aimer mes parents, et de la même façon – la rancœur en moins s’entend. J’ai été conditionnée au fil des ans.

Vingt ans plus tard, si j’ai réussi à me débarrasser de quasiment toute la colère que j’ai pu ressentir envers mes parents, j’ai toujours l’impression que mon amour pour eux est parti aux poubelles avec le bout de queue du bébé chat.

 

lecoqgourmand.net |
Cookbookbylola |
Les recettes minceur d'... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Justinecuisine
| TOUTE LA CUISINE QUE J'...
| Lespatisseriesdedede